Trois axes de travail déterminés par le décret de 1990 nous permettent d’élaborer nos actions préventives sur trois niveaux complémentaires : l’individuel, le collectif et le communautaire
Nous envisageons ces axes de travail comme étant interdépendants.

De cette manière, le travail individuel peut se prolonger ou s’accompagner d’une activité collective, permettant à l’individu de prendre une place dans un groupe de pairs.

Le bien-être et l’épanouissement de chacun au sein du collectif est une priorité.
Nous envisageons le groupe comme un soutien pour chaque individu, c’est pourquoi les valeurs de diversité, de rythme propre, de respect et de coopération y sont sans cesse à l’œuvre.  Cet espace peut constituer dans certains cas une sorte de bulle d’air protectrice de l’enfant, lui permettant d’appréhender les difficultés qu’il rencontre avec plus de recul et de sérénité.

L’axe communautaire constitue la prise en compte d’un environnement proche de l’individu pour y apporter des réponses globales.
A travers différentes actions coordonnées avec les écoles, les CPAS, etc., nous travaillons à développer des actions adéquates répondant aux problématiques rencontrées par une population (ville, village, quartier, classes, …).
Nous participons également activement à différents « Plans de Cohésion Sociale » (PCS), car un travail communautaire passe nécessairement par une bonne connaissance du tissu associatif de notre zone d’action.

Plus précisément :

L’accompagnement individuel/familial – gratuit et confidentiel

  • Un accompagnement individuel et/ou familial (écoute, communication, orientation, …) à l’intérieur ou à l’extérieur du milieu de vie.
  • un accompagnement social dans différentes démarches administratives, professionnelles ou juridiques.
  • une information ou une orientation vers des services d’aide spécifique.

L’Action Collective

  • l’organisation de stages à prix démocratiques durant les vacances scolaires.
  • des animations et interventions dans les écoles.
  • des ateliers utilisant des outils tels que le djembé et le sport.

L’action Communautaire

  • Sur base de constats et de besoins formulés, construction de projets de prévention et de sensibilisation qui peuvent prendre la forme d’animations, de stages, d’ateliers divers ou d’outils vidéo qui serviront à des débats.
  • Interventions dans l’institution scolaire (accompagnement institutionnel, réunions avec les professeurs, éducateurs, direction…).
  • Faciliter l’émergence de la parole des jeunes vers les Communes et instances diverses (exemple: création de maison de jeunes, développement d’infrastructures sportives).
  • Développer des partenariats favorables à la construction de projets communs (exemple: focus groupes à la rencontre des jeunes pour récolter leur avis dans plusieurs communes, mise en place de plateformes qui peuvent déboucher sur des actions ciblées.
  • En tenant compte des constats émergeants de notre Diagnostic Social Communautaire, faire remonter les problématiques préoccupantes à un plan plus global et tenter de les faire accéder aux agendas politiques afin de servir de levier de changement.