« Animagination » est un outil de prévention à la dépendance au sens très large (alcool, médicament, télévision,…) mis au point par l’équipe du service Dinamo et utilisé dans des écoles primaires de l’arrondissement de Dinant-Philippeville.

Le titre Animagination est simplement la combinaison de deux notions essentielles dans notre action : animation et imagination.

Pourquoi ?

-Parce que les activités réalisées se font toutes autour d’ANIMATIONS effectuées auprès des élèves.
-Parce que l’IMAGINATION des enfants est également mise à contribution. En effet, ce n’est pas Dinamo qui vient réaliser un exposé sur les conduites à suivre ou à ne pas suivre mais ce sont les enfants qui imaginent ce qu’il est bon de faire, de vivre, d’être… Ils se rendent ainsi compte qu’une dépendance de n’importe quelle nature est toujours un frein au bon déroulement d’une existence saine.

Un des apprentissages de l’enfant au travers de ces animations est la découverte du fait que chacun a un rôle à jouer en faveur de la prévention et que ce n’est pas la seule affaire de spécialistes.

Horaires

A déterminer avec l’école, les animations durent 2 x 50 minutes à 1 ou 2 semaines d’intervalle. Une rencontre avec les parents des élèves concernés et les enseignants est programmée auparavant.

Public

Les classes de 6 ème année primaire.

Lieu

En général au sein même de l’école ou dans des locaux appropriés pour le bon déroulement des animations qui nécessitent de l’espace (jeux de rôle, présentation devant la classe,…

Animateurs

Chaque groupe de max. 20 élèves est animé par 2 membres de l’équipe de Dinamo en présence de l’instituteur titulaire ou du professeur du cours de philosophie.

Objectifs

Toucher les jeunes dans une démarche préventive et responsabilisante. Les enfants de cet âge sont en pleine période de transition : de l’enfant à l’adolescent, de l’enseignement primaire à l’enseignement secondaire.

Ce passage engendre souvent chez le jeune une perte de repères conjuguée à des problèmes liés à l’adolescence. Ces difficultés peuvent le fragiliser et favoriser une éventuelle rencontre avec un produit.

Dans notre environnement semi-rural, nous avons fait le choix de cibler les enfants de sixième primaire car généralement, pour eux, la rencontre avec un produit n’a pas encore eu lieu. Le projet consiste donc surtout à faire réfléchir l’enfant sur le fait que la vie vaut la peine d’être vécue et que la dépendance à un produit au sens large ( T.V. , alcool , médicaments , … ) peut entraver le bon développement d’une vie saine.

Nous visons donc surtout à développer chez eux un esprit critique face à ce qui les entoure.

Globalement, la méthode d’approche est la suivante :

– avec les parents et les enseignants

explication des modules d’animations,
démontage des  » clichés  » classiques
comment parler de ce sujet avec les enfants ?
information sur les produits : dépendances, effets, comportements, dangers (cette information est réalisée en général par la police)
– avec les enfants

Deux modules avec

travail sur la symbolique  » drogues  » et dépendances
ouverture du dialogue : questions, vécus , pistes de solutions,…
Une présentation détaillée des animations peut vous être envoyée sur simple demande.

Partenaire(s)

En fonction des localités où se situe l’école (PMS, PSE, Association de parents,…)